138e congrès, Rennes, 2013
Se nourrir. Pratiques et stratégies alimentaires
Thème V. Alimentation et sociabilité

V.A. Des nourritures sensibles aux nourritures symboliques

V.B. Alimentation et lien social
Les techniques de conservation, comme d’ailleurs la cuisson de certains aliments, entraînent une modification du goût des aliments. Au mélange des saveurs de plusieurs aliments associés et à l’adjonction accidentelle ou nécessaire de divers produits, les hommes vont prendre goût et, en en recherchant de nouveaux, mettre au point des recettes culinaires de plus en plus inventives et sophistiquées comme celles des grands chefs contemporains.
Une fonction aussi vitale que se nourrir devient rapidement éminemment sociale. Le chasseur efficace ou chanceux qui partage les produits de sa chasse en tire prestige et honneur. Le repas devient moment de convivialité. Probablement dès la Préhistoire, comme le suggère l’exemple des chasseurs-cueilleurs actuels ou subactuels, au cours des banquets comme des repas du quotidien, les relations de hiérarchie sociale ou familiale, mais aussi d’âge ou de sexe, définissent strictement la place de chacun. La nourriture et les manières de table définissent aussi une manière d’être ensemble et de communier et construit des règles d’inclusion/exclusion individuelles ou collectives liées aux interprétations divergentes du banquet. Des divers rituels chrétiens de la fin du Moyen Âge aux repas de confréries et aux banquets républicains, la nourriture se transforme en sociabilité et en politique.
Les règles du contrôle de soi (d’habitus psychique pour reprendre les mots de Norbert Elias), construisent de nouveaux codes de bienséance, que complexifient le Moyen Âge puis la Renaissance (Érasme et son célèbre « Traité de civilité puérile » de 1530, Le livre du courtisan, de Balthazar Castiglione, 1528...) et à l’époque moderne les innombrables manuels de savoir-vivre (à la fin du XIXe siècle, celui de la baronne Staff est le plus célèbre). Ces nouveaux usages, ruissellent des élites aristocratiques à la bourgeoisie puis au reste la population.
Séances

- Séance du 25/04/2013 - 08:30
  Présidents :
Mme Martine PLOUVIER, Conservateur en chef aux Archives nationales

M. Arnaud HUREL, Ingénieur de recherche au département de Préhistoire du Muséum national d'histoire naturelle, Paris


L’art de se nourrir en Afrique romaine : le témoignage de la mosaïque. Mme Arbia HILALI
L’alimentation carnée, marqueur de hiérarchisation sociale. L’exemple de l’abbaye Saint-Callixte de Cysoing (Nord), IVe-XIVe siècles. Mme Cécile BOUET
La consommation d’animaux aquatiques dans le bassin de la Somme : un réel marqueur social durant les périodes médiévale et moderne. M. Christophe CLOQUIER / M. Benoît CLAVEL
Approche des marqueurs carpologiques du statut socio-économique durant le Moyen Âge central dans le nord de la France. Mme Sidonie PREISS
La commensalité comme forme d’expression d’une identité et d’une solidarité collective : l’exemple des corps de métier londoniens à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVe siècles). Mme Laure GEVERTZ
Les banquets républicains sous la monarchie de Juillet. M. Jérôme LOUIS

- Séance du 25/04/2013 - 14:00
  Présidents :
M. Maurice HAMON, Directeur honoraire des relations générales de Saint-Gobain

M. Christian BOUGEARD, Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Bretagne occidentale à Brest, membre du CRBC (Centre de recherche bretonne et celtique), EA 4451, directeur adjoint de la MSHB (Maison des sciences de l'homme en Bretagne), Rennes


Les « soupes communistes » dans les grèves de la Belle Époque. M. Serge BIANCHI
Les menus des repas à l'École normale de Villefranche-sur-Saône (1872-1886). Mme Françoise BAYARD
Se nourrir au travail. Mme Agnès-Gersende PIERNAS
Comment (bien) nourrir les élèves parisiens au XIXe siècle ?. Mme Édith PIRIO
Quand s’enivrer est une poignée de main : le lien social par l’ivresse dans la France moderne. M. Matthieu LECOUTRE
Auguste Escoffier, sa carrière, son œuvre, et la transmission de ses préceptes tels qu’ils sont mis en place aujourd’hui. M. Jean-Marc BOUCHER

- Séance du 26/04/2013 - 09:00
  Présidents :
M. Jean DUMA, Professeur émérite d'histoire moderne à l'université Paris Ouest - Nanterre - La Défense

M. Henri BRESC, Professeur émérite d'histoire médiévale de l'université Paris X - Nanterre


Alimentation et offrandes funéraires dans l'Égypte ancienne : rouages économiques et motivation religieuse. Mme Catherine CHADEFAUD
L'alimentation au XIIIe siècle à travers l'oeuvre de Thomas d'Aquin (d. 1274). Mme Pascale BERMON
Les repas des fêtes : à la table des monastères de Venise entre la fin du Moyen Âge et le début de l’époque moderne. Mme Federica MASÉ
Alimentation à l'abbaye royale des bénédictines de Saint-Sulpice-la-Forêt (Ille-et-Vilaine), 1685-1792. M. Hubert DELORME
Pain et vin à la Voûte vers 1460. Les obligations alimentaires des officiers d’un prieuré auvergnat. M. Jean-Loup LEMAITRE